Les langues de France :

un patrimoine méconnu, une créativité vivante

 

La France est le pays de l’Union européenne dont le patrimoine linguistique est le plus riche et le plus varié.
A côté du français, dont le caractère officiel est inscrit depuis 1992 dans la Constitution, les langues de France contribuent à la créativité et au rayonnement culturel de notre pays. Qu’on les désigne comme " régionales " ou " non-territoriales ", elles sont notre bien commun et une partie du patrimoine de l’humanité.
On entend par langues de France les langues régionales ou minoritaires parlées traditionnellement par des citoyens français sur le territoire de la République, et qui ne sont langue officielle d’aucun État.
Sur la base du rapport établi par Bernard Cerquiglini en 1999, on peut en dresser la liste suivante :

France métropolitaine :


Outre-mer :


La langue des signes française (LSF), utilisée traditionnellement par des citoyens français, est aussi une langue de France.



La place des langues régionales dans la culture, l’enseignement et les médias est déterminée par plusieurs textes législatifs ou règlementaires : loi Deixonne du 11 janvier 1951 relative à l’enseignement, loi du 1er août 2000 relative à la liberté de communication, cahiers des charges des radios et télévisions qui ont des misssions de service public, loi du 4 août 1994 relative à l’emploi de la langue française, dont les dispositions " s’appliquent sans préjudice de la législation et de la règlementation relatives aux langues régionales de France et ne s’opposent pas à leur usage " (article 21).

L’élargissement aux langues de France des missions de la Délégation générale à la langue française en octobre 2001, faisant ainsi de cet organisme la délégation générale à la langue française et aux langues de France, a consacré la place particulière que l’État reconnait à ces dernières dans la vie culturelle de la Nation.

Le ministère de la culture et de la communication soutient et valorise les langues de France à travers ses multiples champs d’intervention : patrimoine ethnologique, musique, livre, théâtre, archives, musées, cinéma... Par ailleurs, les crédits spécifiques au budget de la Délégation, dont le montant est pour l’essentiel déconcentré auprès des directions régionales des affaires culturelles, privilégient quelques objectifs : aide à l’édition sur et dans les langues régionales et minoritaires ; observation des pratiques linguistiques ; soutien aux secteurs où la langue est un vecteur de la création, comme le spectacle vivant, la chanson ou l’audiovisuel ; ancrage des langues de France dans la modernité, à travers les nouvelle techniques de l’information ; d’une manière générale, mise en évidence de l’implication réciproque de la langue et de la culture dans une société en mouvement.

Parallèlement à l’encouragement financier qu’elle apporte aux initiatives des acteurs culturels, la DGLFLF mène directement plusieurs actions. L’observatoire des pratiques linguistiques mis en place en 1999 a pour mission de donner à connaitre la situation linguistique de la France, à travers les pratiques langagières concrètes (variété des usages, contact entre langues questions de transmission et d’acquisition…). Il est donc amené à expertiser et soutenir des projets de recherche qui relèvent de la problématique des langues de France.

La Délégation est également à l’origine de plusieurs opérations, notamment d’un répertoire des organismes actifs dans le domaine des langues de France, et d’un ouvrage de présentation des langues de France (parution, le 3 mars 2003), pour populariser auprès du grand public la réalité linguistique nationale, à la fois riche et méconnue.

Une mention particulière doit être faite de la Librairie des langues de France, programme d’aide à l’édition en langues régionales et minoritaires. En collaboration avec le Centre national du livre, ce programme consiste à attribuer aux bibliothèques des crédits d’achat d’ouvrages dans ou sur les langues de France, et à soutenir auprès des éditeurs la publication, la réédition ou la traduction de " lacunes éditoriales ", ouvrages importants mais indisponibles sur le marché. Des conditions avantageuses sont proposées aux éditeurs pour les inciter à publier.

Le centre de documentation de la DGLFLF rassemble un riche matériau relatif aux langues de France dans leur évolution historique, juridique et politique. Presse, livres et revues sont consultables sur rendez-vous au 01 40 15 36 87.

En contribuant à une meilleure connaissance des langues de France, mais aussi à leur développement créatif, l’action du ministère de la culture et de la communication illustre et soutient les grands choix de notre pays en faveur du plurilinguisme et de la diversité culturelle.